Souscrivez à

l'Atelier Usages

pour recevoir de nos nouvelles !

Vous serez tenus au courant du lancement de notre prochaine collection en priorité !

Lin biologique de Normandie

Culture et Teillage du lin

Cul­ture de prox­im­ité, le lin est cul­tivé en Europe de l’Ouest sur une large bande côtière qui s’étend du Sud de la Nor­mandie au Nord de la France, de la Bel­gique aux Pays-Bas: de Caen à Ams­ter­dam. Seule fibre tex­tile végé­tale orig­i­naire du con­ti­nent, le lin européen n’est pas délo­cal­is­able: une excel­lence qui résulte de la ren­con­tre unique entre un cli­mat océanique naturelle­ment humide, une faible den­sité ther­mique, des sols généreux et le savoir-faire des lin­icul­teurs.

Sur­veiller l’évolution de la plante, s’adapter aux caprices de la météo et détecter le moment idéal pour agir, au jour près, con­stituent les clefs d’une récolte réussie. Des fac­teurs soumis à la seule appré­ci­a­tion de l’agriculteur et du teilleur dont la com­plic­ité opti­mise les récoltes.

Après des siè­cles de tra­di­tion arti­sanale, d’ateliers famil­i­aux et de tis­sage à la main, l’industrie lin­ière fran­chit, au XIXe siè­cle, une étape déci­sive. La fila­ture mécanique, mise au point par Philippe de Girard en 1810, pro­jette le lin dans la moder­nité.

Véri­ta­ble puits de car­bone, un hectare de lin retient chaque année 3,7 tonnes de CO2. Et ce n’est pas là le moin­dre de ses avan­tages « verts ». Un lin qual­i­fié de bonne tête d’assolement ! Cul­ture de rota­tion, le lin revient sur une même par­celle tous les 6 à 7 ans per­me­t­tant d’obtenir une qual­ité de sol opti­male qui aug­mente la rentabil­ité des cul­tures suiv­antes.

L‘excellence écologique : la cul­ture biologique du lin. Le lin se cul­tive aus­si dans les exploita­tions con­ver­ties à l’agriculture biologique. Sa cul­ture est alors garantie sans aucun pro­duit de syn­thèse ( engrais minéral, her­bi­cides, fongi­cides et régu­la­teurs sont inter­dits), ce qui assure une absence totale de résidus de ces pro­duits dans la fibre et le sol après arrachage. Aujourd’hui, près de 200 ha de lin sont cul­tivés en France en agri­cul­ture biologique et un cahi­er des charges inter­na­tion­al per­met de garan­tir la traça­bil­ité des fibres issues de la lin­i­cul­ture biologique jusqu’à la con­som­ma­tion (label GOTS).

Post a Comment

Depuis 2017, l’Ate­lier Usages s’at­tarde à dévelop­per une mode à con­tre courant des pra­tiques indus­trielles actuelles. À par­tir de fibres naturelles, nous con­stru­isons un ves­ti­aire util­i­taire, por­teur de sens et d’e­spoir.

Nous suivre
Instagram Facebook
Nous visiter

22 côte Jacque­mart, 26100 Romans-sur-Isère

Accueil au pub­lic du mar­di au same­di
Le matin de 10h à 12h et l’après-midi de 15h à 19h

Google Maps
X